SOCIETE MAROCAINE
DE BIOCHIMIE


Université Hassan Premier


Faculté des Sciences et Techniques de Settat

ATELIER "LES BIOTECHNOLOGIES AU MAROC. ETAT DES LIEUX ET DOMAINES PRIORITAIRES

6 Mai 2005,Faculté des Sciences et Techniques, Settat, Maroc

ACCUEIL
LIEU D'ORGANISATION
/
PRESENTATION/

COMITE D'ORGANISATION /
COMMISSION SCIENTIFIQUE/

DOCUMENTATIONS & LIENS:
Biotechnologies et Développement
Biotechnologies marines .
Flux des transgènes
Détection des OGMs

PRIX DES MEILLEURES COMMUNICATIONS AFFICHEES

L'un des principaux objectifs de la Société Marocaine de Biochimie est la promotion et l'encouragement de de la recherche scientifique au Maroc. Une attention particulière est dirigée vers le jeunes chercheurs. L'expérience du Congrès international de Biochimie-Forum des Jeunes chercheurs de 2004 (MBnewsletter2.html#jeunes) était l'un des exemples dans ce parcous.
Se limitant uniquement aux communications affichées (posters), des prix seront accordés par une commission scientifique aux meilleurs contributions émanant de jeunes chercheurs inscrits en 3e.Cycle Universitaire. Les conditions de participation sont:
- Etre jeune chercheur inscrit en 3e.Cycle Universitaire et ayant moins de 30 ans (pièce à fournire: copie de la carte d'Etudiant).
- Avoir rempli les conditions de la Commission scientifique; à savoir un exposé oral (sur place) des résultats de recherche faisant objet du poster et réponses satisfaisantes aux questions posées.
- Fournir un résumé de la communication (maximum 1 page, voir recommandations aux auteurs.
Les documents (copie de la carte d'étudiant, résumé de la communication) sont à envoyer par courrier électronique (de préférable) ou postal au Secrétariat du Congrès avant le 15 Avril 2005

......................Attestation de Prix (ci contre) ..........................>

MEILLEURES COMMUNICATIONS AFFICHEES

CHAKROUNE Khadija, Faculté des Sciences, Oujda

Effets de différentes sources d'azote sur le processus du compostage des sous-produits du palmier dattier contaminés par Fusarium oxysporum f.sp albedinis.

K. CHAKROUNE (1), M. BOUAKKA(1), L. COTHARRERA(2), M. SOLIVA(3), M.I. TRILLAS(2), A. HAKKOU(1).

(1) Université Mohamed I. Faculté des Sciences. Département de Biologie. Route Sidi Maafa. Oujda. Morocco.
(2) Universitat de Barcelona, Facultat de Biologia, Fisiologia Vegetal, Avda. Diagonal, 645. 08028 Barcelona. Spain
(3) Universitat Politécnica de Catalunya. Escola Superior d'Agricultura de Barcelona. Departament d'Urgell, 187. 08036 Barcelona. Spain

La palmeraie de Figuig d'une superficie de 700 hectares produit une biomasse importante de 8.000 tonnes chaque année dont 30% sont générés par les palmiers détruits par Fusarium oxysporum f.sp albedinis. Ces sous-produits ont été compostés en présence des taux différents du fumier bovin, de l'urée ou de l'azote ammoniacal tout en maintenant l'humidité à des taux optimums de 60 à 70%. Au cours du processus du compostage et quel que soit le taux du fumier ou de l'azote dans les andains, le pH reste stable et relativement basique de 8,2 à 8,7. A l'inverse, la conductivité électrique chute de 25 à 30%. L'évolution des températures internes dans les différents andains dépend du volume du fumier ajouté au mélange : une phase thermophile se présente en deux périodes : une période courte (2 à 3 jours) caractérisée par une augmentation rapide de la température, suivie d'une période de 25 jours où la température reste élevée entre 50 et 70°C pour les andains riches en fumier. L'ajout des composés azotés l'urée ou l'azote ammoniacal n'a rien changé dans l'évolution de ces températures.
Dans les andains contenant du fumier l'agent pathogène Fusarium oxysporum f.sp albedinis, responsable de la fusariose vasculaire du palmier dattier (Bayoud) a été complètement éliminé. L'intensité de sa destruction dépend du taux du fumier introduit dans l'andain, chaque fois que ce taux est grand, chaque fois que l'élimination est rapide. A l'inverse, la présence de l'azote ammoniacal favorise la prolifération de l'agent pathogène d'environ 62%. Les expérimentations réalisées sur des morceaux des rachis des palmes infectées par Fusarium oxysporum fsp albedinis, montent bien qu'il suffit d'incuber les sous-produits infectés pendant 6 heures à 70°C ou pendant 72 heures à 50°C pour détruire complètement l'agent pathogène logé dans ces sous-produits.

-----------------------------------------------------

BOUDA Saïd, Faculté des Sciences-Semlalia, Marrakech

Variabilite phénotypique et isoenzymatique chez le genre Atriplex. Apport dans la sélection pour la production fourragère

A. BOUDA (1,2), A. HADDIOUI (2)& M. BAAZIZ (1)

1. Laboratoire de Biochimie et Amélioration des Plantes, Université Cadi Ayyad, Faculté des Sciences -Semlalia,
B.P. 2390, 40000 Marrakech, Maroc, E-mail : m.baaziz@ucam.ac.ma , , s.bouda@ucam.ac.ma
2. Laboratoire de Génétique et Biotechnologies végétales, Université Cadi Ayyad, Faculté des Sciences et
Techniques de Béni-Mellal, B.P. 523 Béni-Mellal, Maroc, E-mail :ahaddioui@yahoo.fr

Le genre Atriplex de la famille des chenopodiacées comprend plus de 417 espèces dont une cinquantaine possède un intérêt fourrager. En outre, les espèces d'Atriplex sont très utilisées pour lutter contre la salinisation, la désertification et l'érosion des sols. Or, ces espèces diffèrent entre elles par plusieurs caractères. Ainsi, Neuf espèces d'Atriplex ont été analysées à l'aide des caractères morphologiques, de la valeur nutritive et des marqueurs isoenzymatiques.
Les résultats obtenus montrent que les espèces présentaient des différences très hautement significatives à la fois pour les caractères biométriques et la teneur en protéines brutes des feuilles. Le nombre de feuilles et d'entre nœuds, la longueur de la tige, le poids frais et sec se sont révélés les caractères les plus discriminant entre les espèces d'Atriplex.
L'étude de la variabilité isoenzymatique a concerné deux systèmes enzymatiques d'oxydoréduction : les peroxydases et les polyphénoloxydases. L'analyse des profils isoenzymatiques montre un polymorphisme interspécifique important, se traduisant par huit phénotypes différents correspondant aux peroxydases acides et basiques des fractions ioniques et solubles. Quant aux polyphénoloxydases, cinq phénotypes différents concernant les fractions solubles et ioniques acides ont été obtenus. Ces différents phénotypes isoenzymatiques, combinés aux caractères morphologiques discriminant obtenus, pourraient être utilisés dans le marquage des espèces d'Atriplex.

----------------------------------------------------

ROTBI Mourad, Faculté des Sciences, Tétouan

Approche biotechnologique dans la lutte contre le virus TYLCV chez la tomate " sélection in vitro et sauvegarde des embryons après croisements inter-specifiques "


M. ROTBI (1), ELMTILI N. (1) et DIEZ M. J. (2)

(1) Laboratoire de Biologie Cellulaire et Moléculaire Université Abdelmalek Essaadi Faculté des Sciences Tétouan, Tétouan.
(2) Centro de Conservacìon y Mejora de la Agrodiversidad Valenciana (COMAV). Laboratorio de Genetica

Le secteur maraîcher d'exportation est vital pour l'économie marocaine. Au sein de ce secteur, la tomate constitue la spéculation la plus importante, que ce soit par les rentrées des devises qu'elle apporte, ou par les opportunités du travail qu'elle procure. Sur le plan commercial, la tomate connaît dans le marché européen une forte concurrence de la part des pays producteurs de l'Union Européenne. Pour être compétitive, notre agriculture est dans l'obligation de réduire le coût de production et de répondre, au mieux, aux exigences du consommateur. Ces objectifs se heurtent le plus souvent à l'effet néfaste de certains pathogènes et ravageurs de cette espèce. Parmi les maladies remarquables qui ont causé des pertes énormes à la culture de la tomate, la maladie du TYLCV "Tomato Yellow Leaf Curl Virus", dont le virus est transmis par la mouche blanche aleurode Bemisia tabaci. Cette maladie a causé une chute rapide de notre culture de tomate durant ces dernières années.
Le plan général de notre travail consiste en l'utilisation d'une approche biotechnologique dans la lutte contre le virus TYLCV, et ce par la sauvegarde des embryons après croisements interspécifiques entre génotypes cultivés (Lycopersicon esculentum) et accessions sauvages. Le travail a commencé par le lancement d'un test de comportement variétal qui vise la détermination de la tolérance de six génotypes cultivés, vis-à-vis du TYLCV. Pour y procéder, nous avons inoculé des plantes de tomate par l'utilisation de deux méthodes différentes : naturelle et artificielle (agro-infection). Nous avons suivi l'évolution des symptômes durant 70 jours, puis nous avons évalué la quantité d'ADN viral au niveau du tissu végétal par hybridation moléculaire dot-blot.
Les résultats obtenus par le suivi des symptômes et par le dosage d'ADN viral nous ont permis de classer nos génotypes du plus résistant au moins résistant. De plus, la technique d'hybridation moléculaire dot-blot utilisée, a pu révéler la coexistence des deux espèces de virus : TYLCV-Is (isolat Israéli) et TYLCV-Sar (isolat de Sardaigne). En parallèle, nous avons pu mettre au point le degré d'efficacité des deux méthodes d'inoculation. Sur la lumière de ce travail, nous prétendons avoir étudié partiellement le comportement des génotypes mis en jeu.

Pour toute remarque contacter Webmaster